14,00

Sortie : 25 avril 2007

160 pages

ISBN : 9782913372641

Michel Warschawski

La révolution sioniste
est morte

Voix israéliennes contre l'occupation, 1967-2007

Textes réunis et présentés par Michel Warschawski

Ce livre raconte une histoire qui débute quelques jours après la guerre de juin 1967 et qui n’est pas terminée : la lutte des citoyens de l’État d’Israël contre l’occupation de la Palestine. Les textes ici réunis sont des proclamations, des affiches, des textes programmatiques, des entretiens, des articles de journaux. Ils émanent de juifs et de représentants de ceux qui se nomment les Palestiniens d’Israël – des hommes et des femmes, des religieux et des laïques, des séfarades et des ashkénazes, des membres de l’establishment et des gens « ordinaires ». Le fil qui les relie est que tous et toutes considèrent les Palestiniens comme des égaux, et l’occupation comme une catastrophe : « Conserver à la fois les Territoires et une majorité juive dans le seul État juif tout en respectant les valeurs de l’humanisme et de la morale juive est une équation insoluble » écrit Avraham Burg, ancien président de la Knesset, dans un article qu’il intitule « La révolution sioniste est morte ».

Avec les contributions de : l’Organisation socialiste israélienne, Matzpen, Abou Said et Moshé Machover, Panthères noires, Israel Shahak, L’appel des refuzniks, Comité contre la guerre au Liban, Marcello Weksler, Yeshayahu Leibowitz, Yehouda Elkana, Jamal Zahalka, Haim Hanegbi, Gideon Levy, Avraham Burg, Azmi Bishara, Leah Tsemel, Shulait Aloni, Nurit Peled Elhanan, B. Michael, Uri Avneri, Khulood Badawi, Tanya Reinhart, Aharon Shabtaï, Sami Shalom Chetrit, Yitzhak Laor, Meron Benvenisti, Amira Haas.

Michel Warschawski

Michel Warschawski, né en 1949 à Strasbourg dans une famille juive orthodoxe, est depuis l'âge de 18 ans un militant israélien pour la paix et contre l'occupation. Il a participé en 1982 à la fondation de Yesh Gvoul, mouvement des réservistes qui refusaient de servir dans la guerre du Liban. Il a été emprisonné trois fois pour cette raison. En 1984, il a fondé l'Alternative Information Center (AIC) qu'il a dirigé jusqu'en 1999 et qui lutte contre la désinformation en Israël sur la question palestienne. Il a été condamné à 30 mois de prison en 1989 pour "soutien d'organisations palestiniennes illégales". Il a été libéré au bout de 8 mois. Il a notamment publié Le Défi binational (2001) et Sur la frontière (2002).

Les obsèques d’Eric Hazan auront lieu vendredi 14 juin 2024 au cimetière du Père Lachaise (Paris) : rendez-vous à 15h30 devant l’entrée 55-57 rue des Rondeaux.

Foreign rights

For rights enquiries and permissions requests, please contact rights@lafabrique.fr.

Download catalogue