Sortie : 30 octobre 2007

128 pages — 17 euros

ISBN : 978-2-91-337270-2

Yithak Laor

Le Nouveau
philosémitisme
européen

et le « camp de la paix » israélien

La relation est étroite entre ceux qui s’autoproclament «camp de la paix» en Israël et leurs homologues de la gauche européenne. Ce livre éclaire sans indulgence cette relation, particulièrement marquée dans le domaine littéraire. Il analyse la réception en Europe des ouvrages d’Amos Oz, A.B. Yehoshua ou David Grossman, il explore la manière dont ces auteurs sont chez nous travestis en hommes de paix, et les raisons de l’enthousiasme de la critique. Il montre que les intellectuels israéliens – ashkénazes pour la plupart, laïques et travaillistes – sont perçus par leurs pendants européens comme faisant partie «des nôtres», à condition qu’ils restent là-bas, en Orient. Et que, symétriquement, ces mêmes intellectuels ont pour principal souci d’appartenir – ou de paraître appartenir, par tous les moyens – à l’intelligentsia européenne. Et de fait, ce que tous ont en commun, c’est la peur et la haine de l’Orient.

Yithak Laor

Yithak Laor est romancier, poète et critique littéraire au grand journal israélien Haaretz. Il vit et travaille à Tel-Aviv.