Journal d'un gardien de la paix

Sortie : 1 janvier 2002

124 pages — 11 euros

ISBN : 2-913372-19-8

Erik Blondin

Journal d'un
gardien de la paix

En collaboration avec Marie-Dominique Arrighi

Ivrognes et vendeurs à la sauvette, petits Roumains pilleurs d’horodateurs, bandes rivales des cités, solitaires en détresse, automobilistes fous, tels sont quelques uns des personnages qui hantent les pages de ce journal tenu pendant un an par un «flic ordinaire». Enfin, ordinaire, si l’on veut. Intransigeant sur l’éthique du métier, intraitable avec sa hiérarchie quand elle est arrogante, cherchant toujours à convaincre les collègues brutaux et désagréables, expliquant au public ce qu’il est en droit d’attendre d’une police au service des citoyens, Erik Blondin donne dans ce journal vivant une image qui justifie le beau nom de «gardien de la paix». Un livre qui oblige à considérer autrement les gens en bleu dans leurs locaux sordides, leurs voitures déglinguées, leurs tâches ingrates et répétitives, leur encadrement méprisant. A l’époque du « out répressif», un livre optimiste à contre-courant.

Erik Blondin

Né en 1956, Erik Blondin s'engage dans l'armée à 18 ans, retourne à la vie civile six ans plus tard, devient chauffeur-livreur, peintre en bâtiments, vendeur d'aspirateurs... En 1983, il passe le concours de la police nationale où il est reçu premier. Il a créé en 1995 le syndicat de la police nationale. Depuis sept ans, il est gardien de la paix au commissariat du XIVe arrondissement de Paris.