Sortie : 1 janvier 2000

74 pages — 7.5 euros

ISBN : 978-2913372054

Jacques Rancière

Le partage
du sensible

Au-delà des débats sur la crise de l’art ou la mort de l’image qui rejouent l’interminable scène de la fin des utopies, le présent texte voudrait établir quelques conditions d’intelligibilité du lien qui noue esthétique et politique. Il propose pour cela d’en revenir à l’inscription première des pratiques artistiques dans le découpage des temps et des espaces, du visible et de l’invisible, de la parole et du bruit, qui définit à la fois le lieu et l’enjeu de la politique. On peut alors distinguer des régimes historiques des arts comme formes spécifiques de ce rapport et renvoyer les spéculations sur le destin fatal ou glorieux de la «modernité» à l’analyse d’une de ces formes. On peut aussi comprendre comment un même régime de pensée fonde la proclamation de l’autonomie de l’art et son identification à une forme de l’expérience collective. Les arts ne prêtent aux entreprises de la domination ou de l’émancipation que ce qu’ils peuvent leur prêter, soit simplement ce qu’ils ont de commun avec elles: des positions et des mouvements des corps, des fonctions de la parole, des répartitions du visible et de l’invisible. (J.R.)

Jacques Rancière

Jacques Rancière est une des grandes figures actuelles de la philosophie française. Derniers ouvrages parus: Le Partage du sensible, Le Destin des images, Malaise dans l'esthétique, La Haine de la démocratie, Chronique des temps consensuels, Politique de la littérature, Le Spectateur émancipé, Et tant pis pour les gens fatigués — Entretiens et Moments politiques — Interventions 1977-2009.